• 21 novembre 2016

    Velocity 2016 Amsterdam : Le travail à distance, une réalité pour la société Travis CI

    Cécile Aubrun (Ingénieur Technique Web Ops)

    travis

    Pourquoi as-tu choisi la conférence « Building and scaling a distributed and inclusive team »  ?

    De plus en plus d’entreprises proposent à leurs collaborateurs de bénéficier du travail à distance. Je voulais connaître les leviers de Travis CI pour réussir ce challenge et profiter de leur retour d’expérience sur la mise en œuvre du travail à distance sur une partie de leur équipe.

    Qu’est-ce qui t’a marqué ?

    Le dispositif mis en œuvre par la société Travis CI est installée en Allemagne, elle comptabilise:

    • 40 employés (dont 52% sont des femmes);
    • 9 fuseaux horaires différents;
    • 10 langues.

    52% de ses collaborateurs travaillent à distance sur plusieurs continents (USA – Europe – Australie). Le principal défi à relever pour cette entreprise est la communication. Afin de partager les informations à l’ensemble de ses collaborateurs, la société organise :

    • Organise des « remote stand-up »,
    • Travaille uniquement via des outils qui centralisent les données (jira, gitlab),
    • Utilise un système de discussion instantanée en interne (ChatOps).

    La présence de collaborateurs travaillant sur des fuseaux horaires différents a aussi des avantages. La plage de disponibilité des effectifs est étendue. Lorsque la journée se termine pour une équipe située aux États-Unis, une autre commence pour l’équipe basée en Australie. Ainsi, le support client, la résolution d’incident est redirigée automatiquement vers l’équipe disponible. La notion d’astreinte est atténuée.

    Qu’est-ce que tu en as retenu ?

    Cette organisation ne peut être fonctionnelle que si une documentation est présente et centralisée.

    « If there is no documentation, it does not exist ».

    Travis CI adopte le système d’amélioration continue comme point majeur de la culture d’entreprise. Les équipes à distance travaillent essentiellement via vidéo-conférences. Facetime est utilisé afin de conserver au maximum l’effet d’un face-à-face ainsi que le sentiment d’appartenance à une équipe. Mathias Meyer nous a partagé plusieurs anecdotes entre une équipe allemande et américaine. Il a rencontré quelques différences dans les méthodes de travail.

    En effet pour l’équipe US, le process de validation s’effectue en 3 points :

    • Great
    • Good
    • Need improvement

    En revanche pour l’équipe allemande, le process s’effectue en 5 points :

    • Great
    • Good
    • Need improvement
    • Okay
    • No

    Lorsque le retour était « besoin d’amélioration », cette divergence de méthode de travail donnait l’impression aux équipes US d’un travail non accompli. Du point de vue de l’équipe allemande, le message qu’elle voulait transmettre est que le travail est plutôt bien réalisé.

    Enfin, le dernier point évoqué lors de cette conférence est l’organisation d’un point de vue CEO/RH. Les équipes effectuent un travail similaire mais résident dans divers pays pour lesquels il existe de nombreuses disparités liées au coût de la vie. Afin de faciliter le contrat de travail et notamment le salaire attribué aux collaborateurs, la société Travis CI a mis en place une application spécifique qui remplace la négociation des salaires.

Newsletter

Inscrivez-vous et tenez vous au courant de l’actualité Oxalide