• 31 mars 2014

    Amazon Web Services représente à lui seul plus de 75% du marché du cloud

    Oxalide : « Amazon Web Services représente à lui seul plus de 75% du marché du cloud »

    « Une offre d’infogérance Agile qui répond aux nouvelles contraintes de développement d’application Web et de déploiement d’infrastructure. »

     Vous allez intégrer Amazon Web Services (AWS ) à votre offre d’infogérance. De quoi s’agit-il exactement ?

    L’engouement pour le Cloud d’Amazon n’est plus à prouver. L’offre Amazon Web Services est, à l’heure actuelle, la plus innovante. Elle représente à elle seule plus de 75% du marché du cloud avec une croissance de 50%.  Mais quelle que soit la taille du marché aujourd’hui, ce qui est important c’est la tendance. Il est clair que le cloud suscite un fort enthousiasme et qu’il est le nouveau modèle de consommation des services IT. Dans un monde digital très dynamique, l’ancien mode de consommation est voué à devenir marginal dans les années à venir car il est devenu la cause d’une lourde gouvernance générale des services IT.

    Mais, l’adoption d’un cloud public et d’AWS doit être cadrée. Les enjeux techniques (et juridiques) sont importants et rares sont les sociétés suffisamment équipées pour aborder sereinement ces challenges en environnement de production : Il y a de véritables points de vigilances comme la facturation et le budget, le cadre légal, les garanties de SLA, l’architecture technique ou le mécanisme de fonctionnement spécifique d’AWS.

    Nos clients nous considèrent comme un véritable partenaire dans la gestion de leur production. Au delà de notre infrastructure, nous sommes régulièrement sollicités pour notre expertise alliant innovation et rigueur. Utiliser Amazon Web Services en production est une véritable rupture par rapport aux infrastructures standard. Il nécessite une bonne connaissance de l’offre Amazon, des systèmes et des environnements applicatifs web pour vraiment profiter de ses bénéfices.

    Notre offre d’accompagnement a pour objectif d’opérer des plates-formes critiques Web dans Amazon Web Services. Surtout dans les premiers pas pour utiliser AWS où il est nécessaire de s’outiller, d’adapter son architecture logicielle, ses applications et ses données à ses principes de  fonctionnement.

    Cloud privé, cloud public et hybride … en quoi l’usage de chaque type de cloud peut être pertinent ?

    Oxalide a toujours été soucieux de choisir les ingrédients les plus adaptés pour garantir la qualité du service Web de ses clients. Chaque matière première présente ses avantages et ses inconvénients. Il est important de connaitre leurs limites pour les adapter aux besoins du projet.

    Notre mission de conseil prend ici tout son sens, et notre indépendance vis-à-vis des fournisseurs de Cloud et d’infrastructure est primordiale pour garantir à nos clients un conseil impartial.

    • Le cloud privé est l’évolution naturelle de la manière dont est mis à disposition l’infrastructure en entreprise. Toutes les DSI vont évoluer vers ce modèle qui leur permet d’offrir plus rapidement non seulement de l’infrastructure, mais aussi un déploiement plus rapide aux services à leurs utilisateurs. Le cloud privé offre une puissance dédiée avec cloisonnement fort avec l’extérieur ;
    • Le cloud public quant à lui, répond au besoin d’élasticité, au contrainte de déploiement d’infrastructures distantes, d’infrastructure de tests/PoC, … Mais, l’adoption du cloud public nécessite d’être en accord avec les conditions techniques, financières et contractuelles spécifiques. Elle pose aussi la question de la gouvernance, ou encore de la conformité ;
    • Le cloud hybride combine ces deux matières premières. Il est, par exemple, adapté dans le cadre d’un projet d’internationalisation avec une infrastructure centrale en France qui centralise les données sensibles et avec, sur les marchés cibles, une infrastructure Amazon Web Services.

    Il est très simple de déployer de l’infrastructure aux quatre coins du monde en gardant une gouvernance en France. Les méthodes traditionnelles auraient nécessité un déploiement coûteux et des délais importants. Il est donc plus facile de tester un nouveau marché.

    A combien estimez-vous le marché du cloud et quels sont les enjeux sur la sécurité des données ?

    Beaucoup d’entreprises « cloudifie » leur activité et bientôt les restaurants « à volonté » vont se renommer « Cloud Food Provider ». Le marché est vaste : selon IDC France, le marché en France du cloud dépasserait les 3 milliards d’euros en 2014.

    Avec un cadre juridique et technique complexe, il est difficile de se retrouver dans la problématique de la confidentialité et la sécurité des données. Exacerbé par la NSA et le patriot act, les aprioris sont aujourd’hui forts dans les projets d’infrastructure. Or, une bonne utilisation du cloud hybride ouvre plusieurs scénarios de cloisonnement dans la gestion des données. Il est donc possible d’embrasser le problème plutôt que se fermer aux bénéfices du cloud public.

    Outre l’enjeu technique, il y a notamment une évolution des contraintes contractuelles imposée par nos clients dans, notamment, la gouvernance et la gestion de la confidentialité des données. Plutôt qu’une approche restrictive, la politique de gestion des données doit sortir du tout sécurité ou pas sécurité et être plutôt cadrante pour laisser une agilité maîtrisée aux équipes opérationnelles afin qu’elles puissent innover..

    Mais, il faut toujours garder à l’esprit qu’un hébergement hautement mutualisé comme dans le cloud public apporte des nombreux bénéfices, mais implique mécaniquement des contraintes fortes et une mutualisation du risque..

    Des encadrements juridiques différentes des données : mais une solution commune.

    Dans les prochains mois, le sujet de la conformité pourrait devenir un sujet incontournable. Aujourd’hui, la conception et l’application de confidentialité de données ne sont pas les mêmes de chaque côté de l’Atlantique. Néanmoins, il existe des solutions pour profiter des avantages de chacun en fonction de la sensibilité des données.

    La sécurité des applications : le parent pauvre du business.

    Pour les services en SaaS, la sécurité est un fort enjeu, ils sont soumis ou se soumettent eux-mêmes à des contraintes de sécurité importantes dans le cadre de la production de leur service web. De nature plus exposés que des éditeurs traditionnels, ils sont souvent plus avancée en terme de sécurité par rapport aux applications « on premise ».

    La sécurité des données est liée au cadre juridique, à la sécurité applicative, mais aussi une gestion du facteur humain dans la protection des données. Un haut niveau d’exigence est souvent onéreux à mettre en place ou encore trop complexe ! Là encore, la situation n’est pas si simple, le cloud n’est pas synonyme d’un faible niveau de sécurité, mais le sujet doit faire parti des éléments à aborder dans le cadre du choix de solutions dans le cloud (SaaS/Paas/Iaas)

    Entrer dans la révolution du cloud demande réflexion, embrasser cette révolution exige de connaître les conditions et les prérequis nécessaires pour profiter des bénéfices sans pour autant faire une impasse sur la sécurité des données.

    Article publié sur FrenchWeb le 19 mars 2014

    , , ,

Newsletter

Inscrivez-vous et tenez vous au courant de l’actualité Oxalide