• 31 mars 2010

    Développeurs web sous pression

    Internet reste un domaine où le socle technique évolue de façon fulgurante. Pour y faire face, les entreprises doivent être rapides dans leurs choix stratégiques et rigoureuses dans leurs mises en oeuvre. Innovation, réactivité et agilité sont les trois clés de la réussite dans cette course à la technologie où le développeur est devenu LE moteur.

    Le développeur web est un programmeur chargé de réaliser tout ou partie du code source d’un site Internet. En constante mutation, les sites internet deviennent des applications élaborées de plus en plus complexes et non plus de simples assemblages de pages HTML. D’autant plus que derrière ces sites se cachent de véritables enjeux financiers.

    Ces contraintes et la jeunesse de l’univers Web ont transformé ce poste.

    Developpeurs_sous_pression

    Dans de petites structures ou sur de petits projets, le développeur est souvent l’unique interlocuteur technique. Outre le développement de l’application, des tâches connexes comme la conception, les tests, la maintenance applicative… viennent gonfler son périmètre d’activités. Cette accumulation de missions nuit au transfert de compétences et supprime souvent toute documentation technique, renforçant ainsi la dépendance de l’entreprise vis à vis de son développeur.

    Mais l’extension de son champs d’activités ne s’arrête pas là. Nous avons pu constater, sur certains projets, que le développeur avait aussi à sa charge des missions qui ne sont pas de son domaine de compétences :installation de serveur, intervention en cas d’avarie, conception d’architecture, support, graphismes… tâches qui risquent non seulement d’être plus ou moins bien réalisées mais surtout, sont concentrées sur une seule personne.

    Le développeur ne peut pas tout faire… Cette accumulation de tâches, ses limitations techniques, le manque de temps et de moyens, la concentration des responsabilités ne lui permettent pas de pouvoir tout assurer correctement. Il est parfois le seul à connaître la mesure exacte des risques techniques encourus par la société et se retrouve dans l’incapacité de le pallier correctement ce qui entraîne stress et frustration.

    L’équipe dirigeante se rend souvent compte de cette situation lorsque le « Lead développeur » devenu « administrateur/DSI/project manager/… » montre des signes de faiblesse (manque de productivité) ou envisage un départ du fait d’une situation trop stressante.

    Comment y remédier ?

     La délégation de certaines tâches est un des premiers leviers utilisables. Nous constatons que lorsque nous récupérons des dossiers, il y a un véritable transfert de compétences : les informations relatives au projet ne dépendent plus d’une seule personne.

     Certaines réunions de lancement ressemblent à des aveux » précise Maxime Kurkdjian. « Notre interlocuteur est soulagé de confronter sa vision technique avec celle de personnes qui connaissent les problématiques auxquelles il a dû faire face. »

    Supprimer l’obligation de faire la surveillance et le support 24/7 libère le développeur et créé de nouvelles ressources.

    « Non seulement, je ne suis plus connecté à mon portable 24/7 et je peux dormir et partir en vacances, mais surtout, nous avons pu rattraper le retard et prendre de l’avance sur le projet ». déclare Nicolas Silberman responsable technique chez 20minutes.fr depuis 2007 qui ajoute « je peux enfin couper mon téléphone portable en sachant que je ne suis plus le seul à avoir les clés' »

    Pour conclure, il n’est pas rare de constater que les sociétés n’ont souvent aucune conscience des risques encourus dans le cas où le développeur ne disposent pas des ressources nécessaires pour travailler dans de bonnes conditions. Les impacts visibles sont principalement un frein important dans le développement de la société et une baisse dans la qualité du service.

Newsletter

Inscrivez-vous et tenez vous au courant de l’actualité Oxalide